Journées nationales de l’archéologie

Journées Nationales de l'Archéologie

Journées nationales de l’archéologie

Rencontres du film archéologique

 

Vendredi 14

↘ Peau d’âme, sur les traces de Jacques Demy

20h30 – Cinéma le vox mayenne – Durée 1h40 – En présence du réalisateur, une rencontre suivra la projection.

Une équipe d’archéologues fouille là où Jacques Demy a tourné plusieurs scènes de son film Peau d’Âne : la cabane où Catherine Deneuve se réfugie, la clairière où Delphine Seyrig la reçoit… Dès que l’on gratte le sol, perles, clous, paillettes et autres fragments apparaissent. En suivant ces fouilles, Peau d’Âme approche la magie de Jacques Demy, le charme du texte de Charles Perrault, la tradition orale des contes. Qu’est-ce que cette histoire continue de fouiller en nous ?
Pierre Oscar Levy et Olivier Weller, distribué par Shellac, 2017

 

 

Samedi 15

↘ Avignon, le pont retrouvé

15h – Musée du château de Mayenne – Durée : 52min

Le film suit une campagne scientifique qui a duré plus de 5 ans autour du Pont d’Avignon : PAVAGE. Cette campagne de recherche pluridisciplinaire associe des chercheurs en histoire médiévale, géosciences de l’environnement et archéologie et a travaillé à percer les nombreux mystères qui entourent le Pont Saint-Bénézet, dit Pont d’Avignon. La chronologie de sa construction est rétablie ; l’évolution de son paysage fluvial au cours des siècles et son rôle sont mieux compris ; l’énigme de ses effondrements à répétition est élucidée. Enfin, le Pont a été restitué en 3D architecturale dans l’intégralité de ses 915 mètres et dans son environnement naturel médiéval.

Coproduction GEDEON Programmes, Py Films, CNRS Images, France TV, 2016.

 

Dimanche 16

↘ L’exceptionnelle sépulture de Louise de Quengo

1ère projection à 16h puis film lancé à la demande du public – Musée du château de Mayenne – Durée : 8 min

De 2011 à 2013, une équipe de l’Inrap a mené une fouille préventive au couvent des Jacobins, à Rennes. Deux ans après, les études se poursuivent et livrent de nouvelles découvertes.

Le couvent des Jacobins, établissement dominicain construit en 1369, devient, entre le XVe et le XVIIIe siècle, un important lieu de pèlerinage et d’inhumation. Ainsi, environ 800 sépultures y ont été mises au jour par les archéologues, dont cinq cercueils de plomb. L’un d’eux contenait une dépouille dans un état de conservation exceptionnel. Son étude, menée par une équipe interdisciplinaire, est un témoignage rare des pratiques funéraires des élites du XVIIe siècle et apporte de précieuses informations sur l’histoire des sciences et de la médecine.

Eliott Maintigneux, production Inrap, 2016,